Ce jour dans l'histoire: Samuel Byck pirate un avion de ligne dans l'intention de le placer à la Maison-Blanche pour tuer le président Nixon

Ce jour dans l'histoire: Samuel Byck pirate un avion de ligne dans l'intention de le placer à la Maison-Blanche pour tuer le président Nixon

Ce jour dans l'histoire: 22 février 1974

En ce jour de l'histoire, 1974, Samuel Joseph Byck a tenté d'assassiner le président Richard Nixon. Le plan de Byck consistait à prendre le contrôle d’un avion de ligne, puis à obliger les pilotes à piloter l’avion jusqu’à la Maison-Blanche, ce qui aurait vraisemblablement tué le président qui était présent à ce moment-là. Bien sûr, il n’a pas tous passé comme prévu, même s’il a réussi à prendre le contrôle de l’avion de Delta Airlines. Cependant, il n'a jamais réussi à le faire décoller.

Byck, ancien décrocheur du lycée et ancien soldat de l'armée, avait été malchanceux quand il avait décidé d'essayer de «reprendre le gouvernement» pour le peuple en assassinant le président. Sa femme l'avait quitté deux ans auparavant, emmenant également leurs enfants. Il avait également de la difficulté à garder un emploi et avait récemment été rejeté par la US Small Business Administration pour un prêt lui permettant de démarrer sa propre entreprise, ce qui le rendait extrêmement amer.

En tant que tel, Byck a décidé qu'une révolution était nécessaire pour remédier à la corruption endémique qu'il percevait, les politiciens étant davantage préoccupés par le souci de préserver des intérêts particuliers que par le souci d'aider les citoyens américains. Il croyait également que le gouvernement conspirait avec ces intérêts particuliers pour garder les gens pauvres et débordés.

Heureusement pour le reste des passagers de l'avion, les employés de Nixon et de la Maison Blanche, Byck n'était pas l'outil le plus efficace du hangar et son plan était assez mal conçu en termes d'exécution, plus ou moins «visible, et voir ce qui se passe approche ". En premier lieu, Byck a fabriqué une «bombe», qui était plus ou moins constituée de deux bidons Valvoline remplis d’essence, placés dans une valise. De toute évidence, ce ne serait pas le dispositif incendiaire le plus efficace, même s’il l’avait déclenché. Cela aurait été encore moins efficace en ce sens que sa conception de la bombe n’incluait en réalité aucune mèche ni aucun autre moyen permettant de la faire détoner.

La bombe n’était pas le seul objet de contrôle de la foule qu’il avait apporté avec lui dans sa tentative; il a également apporté une arme à feu. Maintenant, étant donné qu'il était déjà sur le F.B.I. et la liste de surveillance des services secrets, l’achat d’une arme à feu était pour lui un peu hors de question. Alors, au lieu de cela, il a volé un fusil à six coups de calibre .22 et Wesson à un ami et a empoché environ 40 cartouches de munitions à emporter dans sa tentative d'assassinat.

Le matin du 22 février 1974, il se rendit à l'aéroport international Baltimore / Washington. Une fois sur place, plutôt que de tenter de monter dans l'avion sans se faire remarquer, il a rencontré un policier, George Neal Ramsburg, dans le terminal et l'a abattu dans le dos. C’était malchanceux pour l’officier décédé, mais très chanceux pour les passagers car, s’il ne l’avait pas fait, il aurait peut-être réussi à monter dans l’avion sans causer de chahut et aurait peut-être pu attendre avant de le détourner air.

Quoi qu’il en soit, après avoir tué Ramsburg, il s’est dirigé vers un avion de la Delta Airlines, le McDonnell Douglas DC-9 (qui peut accueillir environ 70 à 109 passagers, selon la configuration). Byck a choisi cet avion au moment de son départ, avec des passagers en phase finale d’embarquement.

Grâce au fait qu’il a décidé d’assassiner l’officier Ramsburg, un autre officier de police, qui venait juste de prendre ses fonctions, avait entendu les coups de feu et entendu les coups de feu retentir et se précipiter sur les lieux. L’officier (dont le nom était inscrit dans le rapport officiel du F.B.I., mais je crois qu’il s’appelait Charles Troyer), attrapa ensuite le .357 Magnum de Ramsburg et poursuivit après Byck. Cependant, il n'est pas arrivé à temps à Byck et, lorsqu'il a repéré ce dernier, il était déjà à bord de l'avion.

Une fois dans l'avion, Byck est entré dans le cockpit et a dit aux pilotes qu'il avait une bombe et qu'il voulait les faire décoller. Avant de pouvoir répondre, il a pointé son arme sur le copilote, Fred Jones, et lui a tiré une balle dans la tête. À ce stade, le pilote, Reese Loftin, a décidé que ce serait une bonne idée de faire ce que Byck lui avait dit de faire. Il a donc démarré les moteurs. Cependant, après avoir quitté le poste de pilotage temporairement, puis revenir et tirer à nouveau sur le copilote, qui était déjà mort, puis sur Loftin dans le dos, il a changé d'avis et s'est rendu compte qu'il était en train de s'occuper d'un fou, une évaluation plus précise compte tenu des antécédents de problèmes mentaux et des actions actuelles de Byck. Ainsi, à ce moment-là, le pilote a indiqué à Byck que les portes devaient être fermées pour pouvoir décoller, ce qui l'avait supprimé temporairement et permettait au pilote d'appeler à l'aide du contrôle de la circulation aérienne.

C'est à ce moment-là que l'officier à la poursuite de Byck l'a aperçu dans l'avion, alors que deux hôtesses de l'air tentaient de fermer la porte à ce moment-là. Avant qu’ils aient pu le faire, l’officier a pu tirer quelques coups sur Byck avant que la porte ne se referme. Cependant, aucun d'entre eux connecté. À son retour dans le poste de pilotage après la fermeture des portes, Byck a de nouveau tiré sur le co-pilote décédé et a également tiré sur le pilote deux fois de plus.

Heureusement pour le pilote, qui a finalement survécu, Byck n'a pas eu l'occasion de lui tirer dessus une quatrième fois. L’officier qui tirait sur Byck a réussi à le frapper assez près de la porte de l’avion quand il a vu Byck se tenir devant un hublot. Après avoir été abattu, Byck a reculé et l'officier a vidé sa pince par la porte. Alors que l'agent était à court de balles, il est parti et, au moment de son retour, d'autres agents de police arrivés sur les lieux l'avaient informé que Byck était tombé. Quand ils sont entrés dans l'avion, ils ont trouvé Byck étendu par terre.

Selon la chaîne «History», Byck n'a été tué que par l'officier, mais lorsqu'il a constaté que sa tentative avait échoué, il avait tenté de se suicider avant que les agents ne puissent monter à bord de l'avion. Ils ont poursuivi en déclarant qu'il avait dit «aidez-moi» aux officiers quand ils sont entrés, mais est décédé. Il convient de noter, cependant, qu’il a déclaré «aidez-moi» n’est pas dans le livre officiel F.B.I. rapport qui détaille l’événement, y compris les comptes des officiers. Les officiers ont déclaré que Byck était mort quand ils sont arrivés dans l'avion. Le compte du pilote survivant ne dit pas non plus que Byck n’a rien dit après l’entrée de la police. Bien sûr, il venait de recevoir trois balles et n'était peut-être pas dans le meilleur état pour se souvenir de tels détails (bien qu'il prétende s'en souvenir jusqu'au moment où les officiers sont arrivés).

Trois jours plus tard, une lettre est parvenue au bureau des nouvelles de Miami, écrite par Byck, expliquant les raisons de sa tentative d'assassinat:

Il est devenu évident pour moi que ce gouvernement que j'aime beaucoup, mon cœur, ne répondra pas aux besoins de la majorité des citoyens américains.

La majorité des membres du gouvernement, appelés «fonctionnaires», sont financés par des groupes d’intérêts spéciaux et s’ils sont domestiques, ils le sont également.

C'est le moment! Les citoyens à l'esprit indépendant doivent reprendre le gouvernement avant que leur gouvernement ne les contrôle tous complètement.

Pour ma part, je ne vivrai pas dans une société contrôlée et je préférerais mourir en homme libre que de vivre comme un mouton

Pouvoir au peuple, Sam Byck

Faits bonus:

  • Il a été découvert par la suite que Byck avait envoyé des lettres similaires à celles mentionnées ci-dessus, ainsi que des enregistrements, à diverses agences de presse, y compris au célèbre journaliste Jack Anderson.
  • Jack Anderson lui-même était la cible d'une tentative d'assassinat; celui-ci initié par l'administration Nixon. Deux membres de l'administration Nixon, G. Gordon Liddy et E. Howard Hunt, ont admis sous serment avoir été commandés par un "assistant principal de la Maison-Blanche" pour tuer Anderson. Une fois que l'ordre leur a été imposé, ils se sont efforcés de trouver un moyen de l'empoisonner ou de l'assassiner au moyen d'une agression pour que ce soit comme un événement aléatoire. Ils ont même rencontré un agent de la CIA pour discuter de la meilleure façon de le tuer. Heureusement pour Anderson, les deux conspirateurs ont été arrêtés quelques semaines plus tard, dans le cadre du scandale du Watergate. Liddy a déclaré que Nixon avait publié la déclaration suivante: "Nous devons nous débarrasser de ce type Anderson", ce qui a déclenché le complot visant à tuer Anderson. Cependant, Nixon n'était apparemment pas impliqué dans le meurtre ordonné, ni soi-disant savait rien à ce sujet. Il a simplement déclaré qu'il fallait se débarrasser d'Anderson et que son peuple estimait que le meilleur moyen de se «débarrasser d'Anderson» était de le tuer.
  • Nixon était apparemment en colère contre Anderson depuis 1960 lorsque ce dernier avait révélé la nuit précédant l'élection présidentielle qu'Howard Hughes avait consenti un "prêt" substantiel au frère de Nixon. Anderson a également découvert le fait que l'administration Nixon harcelait systématiquement John Lennon lors de sa tentative de le faire expulser. Anderson était notoirement doué pour dévoiler les scandales du gouvernement et attirer l'attention des politiciens. En effet, après sa mort, le F.B.I. a tenté de saisir ses dossiers au motif que "ces informations pourraient nuire aux intérêts du gouvernement américain".
  • En 1989, Jack Anderson a réussi à amener une arme à feu lors d'une interview de Bob Dole, tentant de démontrer à quel point il serait facile pour un terroriste de le faire à l'époque. Il va sans dire que les politiques de sécurité pour de tels événements ont été modifiées peu de temps après.
  • Cette tentative d’assassinat n’était pas la première fois que Byck menaçait Nixon. En effet, Byck avait déjà été arrêté à deux reprises pour avoir protesté devant la Maison-Blanche car il n'avait pas l'autorisation de manifester, ce qui est une condition requise pour manifester à cet endroit. Au cours d'une de ses manifestations, il portait un costume de père Noël et portait une pancarte indiquant: «Tout ce que je veux pour Noël, c'est mon droit constitutionnel de demander publiquement à mon gouvernement d'obtenir réparation des griefs». Cependant, les services secrets ne l'ont pas pris au sérieux. à l'époque, ils ont pourtant ouvert un dossier sur lui.
  • La police a par la suite trouvé un enregistrement dans le coffre de la voiture de Byck décrivant comment, selon lui, le pays avait été violé et pillé par le gouvernement Nixon.
  • Un autre élément qui ne figure pas dans le compte-rendu officiel, y compris dans le témoignage du pilote, est qu'après avoir tiré sur les pilotes, Byck aurait pris une passagère et l’a mise dans son siège et lui aurait demandé de piloter l’avion. Compte tenu du récit de l'événement par le pilote qui incluait l'incident depuis le moment où Byck est entré dans l'avion jusqu'au moment où les officiers sont arrivés dans l'avion et qu'il ne l'a jamais mentionné, il est discutable de savoir si cela s'est réellement passé ou non, malgré certains documentaires affirmant que . De plus, la police arrivant dans l'avion n'a également signalé personne dans le cockpit, à l'exception du copilote décédé, toujours attaché à son siège, et du pilote grièvement blessé, toujours attaché à son siège.
  • La police a d'abord tenté de faire sauter les pneus de l'avion une fois les moteurs en marche, mais leurs balles ont tout simplement rebondi.

Si vous avez apprécié cet article, celui-ci pourrait également vous plaire lors d'un détournement d'avion un peu plus réussi: un homme qui se fait appeler Dan Cooper détourne un avion, recueille sa rançon, puis en parachute et n'en a plus jamais entendu parler

Laissez Vos Commentaires