La vie et l'époque du juge Oney

La vie et l'époque du juge Oney

George et Martha Washington ont possédé des centaines d'esclaves au cours de leur vie. Les noms de beaucoup sont connus, mais la plupart des détails de leur vie ont été perdus pour l'histoire. Voici l’histoire d’une femme qui n’a pas été oubliée.

Né en esclavage

Au début des années 1770, un tailleur anglais, Andrew Judge, signa un contrat pour travailler en tant que serviteur sous contrat à Mount Vernon, la plantation de George Washington en Virginie. La servitude sous contrat était un moyen courant pour les Européens sans argent pour se rendre dans les colonies américaines. En signant le contrat, le juge a accepté de travailler pour Washington pendant une période déterminée en échange de son passage en Virginie, ainsi que de sa chambre et de sa pension pour la durée du contrat.

À Mount Vernon, le juge a confectionné des uniformes militaires et d'autres vêtements pour Washington. Il a également enseigné ses techniques de couture aux esclaves de Washington afin que, lorsque son mandat de serviteur sous contrat soit terminé, ils soient en mesure de le faire eux-mêmes.

Vers 1773, Judge a eu une fille avec une esclave afro-américaine nommée Betty, qui travaillait comme couturière à Mount Vernon. Ils ont appelé leur enfant Oney, mais bien que Judge soit blanche et libre, Oney est née esclave parce que sa mère était esclave. Aux yeux de la loi, elle était une «propriété» et appartenait aux Washington; ni Betty ni Andrew n'avaient aucun droit parental sur leur enfant.

MAID DE LA DAME

Oney est devenue une des préférées de Martha Washington et lui a servi d’accompagnatrice personnelle, l’a aidée à se laver et à s’habiller, et l’a accompagnée lors de ses conversations sociales. Judge est l’un des huit esclaves qui ont accompagné les Washington à New York, la capitale du pays, lors de l’élection de Washington au poste de président en avril 1789, puis à Philadelphie lors du déménagement de la capitale en 1790.

À Philadelphie, le juge jouissait d'une liberté inouïe à Mount Vernon. Elle a fait des courses sans surveillance dans la ville et, dans son temps libre limité, elle a exploré toute seule. Le président Washington a même donné à elle et à d'autres esclaves de l'argent du ménage pour le théâtre, le cirque et d'autres divertissements de la ville.

LIBERTÉ TOUT AUTOUR

Il y avait quelque chose d'autre à Philadelphie que le juge n'avait jamais rencontré auparavant: une communauté florissante d'Afro-Américains libres, la plus grande communauté de ce type aux États-Unis à l'époque. L’esclavage était toujours légal en Pennsylvanie, mais la loi sur l’abolition progressive de l’État, adoptée en 1780, l’éliminait progressivement et le nombre de Noirs libres dans la ville augmentait. Il y en avait tellement, en fait, que Washington et d'autres propriétaires d'esclaves s'inquiétaient de faire vivre leurs esclaves parmi eux à Philadelphie. Ils craignaient que les esclaves soient «contaminés» par une exposition à des Afro-Américains libres et à des abolitionnistes vivant dans la ville. Washington craignait que même si ses esclaves n’essayaient pas de s’échapper, ils deviendraient, comme il l’a dit, «insolents dans un état d’esclavage».

Comme son président, Edmund Randolph, l'a rapidement appris, les esclaves avaient la loi de leur côté. Aux termes de la loi sur l’abolition progressive, les esclaves introduits dans l’État par des non-résidents (y compris Washington et Randolph) et qui y vivaient pendant six mois consécutifs sont automatiquement devenus des citoyens libres. Les esclaves appartenant à des membres du Congrès étaient expressément exemptés de la loi, et Washington et Randolph avaient supposé que leurs esclaves étaient également exemptés. Ils avaient tord. C'est ce que Randolph a appris en 1791 lorsque ses esclaves ont exigé leur liberté au terme des six mois - et l'ont obtenue.

EN ROTATION

Pour éviter que les esclaves de Washington ne subissent le même sort, le procureur général a conseillé au président de permuter ses esclaves hors de l'État pendant quelques jours, tous les six mois, avant la fin du délai imparti. Déplacer des esclaves hors de l'Etat dans le but de leur refuser leur liberté était illégal, mais Washington l'a quand même fait. Il l'a gardé pendant le reste de sa présidence, en informant son secrétaire qu'il souhaitait "que cela soit accompli sous le prétexte que cela pourrait les tromper à la fois [les esclaves] et le public." Vernon pour de brèves visites avant le délai de six mois, on leur a dit qu'on les renvoyait chez eux pour passer du temps avec leur famille.

Martha Washington a fait sa part en emmenant ses esclaves de l'autre côté de la frontière entre l'État du New Jersey pour de courts voyages d'une nuit. De cette manière, elle refusa au juge sa chance de se libérer en mai 1791.

Le juge savait que si elle retournait à Mount Vernon lorsque Washington se retirerait, le peu de liberté qu’elle avait à Philadelphie serait perdue à jamais. Mais ce n’est qu’en 1796, alors que Washington touchait à la fin de son mandat présidentiel, qu’elle décida de s’échapper. Elle l'a fait après avoir appris que Martha Washington envisageait de la donner comme cadeau de mariage à sa petite-fille, Elizabeth Custis, que Judge savait être une femme de mauvaise humeur et vindicative.

Le juge a détesté Elizabeth Custis et était, comme elle l'a dit, «déterminée à ne pas être son esclave». En mai 1796, elle a profité d'un voyage imminent que les Washington exécutaient à Mount Vernon comme abri. «Pendant qu'ils préparaient leurs bagages pour aller en Virginie, je faisais mes valises pour y aller», a-t-elle déclaré à un intervieweur en 1845."J'avais des amis parmi les gens de couleur de Philadelphie, mes affaires y étaient transportées auparavant et j'ai quitté la maison de Washington pendant qu'ils dînaient."

VERS LE NORD

Le juge s'est caché quelque part à Philadelphie; elle n'a jamais révélé où ni pour combien de temps. Elle a dû sombrer à cause d’une annonce dans la Pennsylvania Gazette décrivant sa description physique («… une fille de mulâtre clair, très tachée de rousseur, avec des yeux très noirs et des cheveux touffus… de taille moyenne, mince et délicatement formée, environ 20 ans age ”), offrant une récompense de 10 $ pour sa capture. Quand elle se sentit en sécurité pour sortir, elle se dirigea vers le front de mer de Philadelphie et monta à bord d'un navire appelé Nancy, dont le capitaine, un certain John Bowles, était connu pour sa sympathie pour les esclaves en fuite et qui aurait pu avoir «Black Jacks ”- Libres marins afro-américains - de son équipage. Le juge a navigué à Portsmouth, New Hampshire, et a disparu dans la communauté noire libre là-bas. Cela aurait probablement été la fin de son histoire si une amie de la famille des Washington, Elizabeth Langdon, ne l'avait pas vue marcher dans la rue à Portsmouth quelques mois plus tard.

LES SECOURISTES

George et Martha Washington ont appris que le juge était à Portsmouth. Aussi étrange que cela puisse paraître pour les oreilles modernes, les Washington étaient en fait assommés et blessés par le fait qu'un de leurs esclaves préférés - «plus à [notre] enfant qu'un serviteur», comme le disait Washington, s'était échappé. Ils ne pouvaient pas accepter qu’elle l’ait fait par désir sincère de liberté. Au lieu de cela, ils se sont convaincus qu'elle avait été «séduite et séduite par un Français» (une visiteuse récente) et trompée en tentant de fuir contre son meilleur intérêt. Rien n’indique que l’homme en question ait quelque chose à voir avec cette évasion, mais les Washington ont eu peur de l’avoir mise enceinte et de l’avoir abandonnée. Ils étaient déterminés non seulement à récupérer leurs «biens», mais également à ramener le juge à la sécurité, telle qu'ils l'avaient vue, à la maison.

Une fois de plus, Washington était disposé à faire fi de la loi en ce qui concerne ses esclaves. En vertu de la loi sur les esclaves fugitifs, qu'il avait elle-même promulguée en 1793, les propriétaires d'esclaves étaient tenus de comparaître en audience publique et de fournir la preuve de la propriété d'un esclave évadé avant de traverser la frontière pour le capturer. Mais Washington voulait éviter la publicité. Il a donc ignoré la loi et a plutôt demandé à son secrétaire au Trésor, Oliver Wolcott Jr., d'ordonner au percepteur des douanes de Portsmouth, un homme du nom de Joseph Whipple, de capturer le juge et de la mettre à bord d'un bateau.

IL A DIT ELLE A DIT

Whipple n’avait aucune raison de douter de l’histoire de la jeune femme enceinte de Washington - il était le président, après tout - et était plus qu’heureux de l’aider à sauver la juge des blessures dont elle était censée être victime. Après avoir découvert où vivait Judge, Whipple lui réserva secrètement un passage sur un navire à destination de Philadelphie. Il a attendu jusqu'au jour où le navire devait partir, puis il s'est approché d'elle, s'est présenté et a fait une offre fictive de travail avec sa propre famille. Il espérait soit la saisir et la traîner sur le bateau, soit la persuader de monter volontairement à bord. Mais quand Whipple a parlé à Judge, il s’est rendu compte qu’elle n’avait pas été séduite par une Française, n’était pas enceinte, n’était pas en détresse et qu’elle était de son plein gré à Portsmouth. "Elle n'avait pas été trompée comme elle avait été appréhendée, mais cette soif de liberté totale ... était son seul motif de fuite", a expliqué Whipple dans une lettre à Wolcott.

L'OFFRE

Satisfait que le juge soit heureux là où elle se trouvait, Whipple abandonna ses projets de la ramener à Philadelphie. Si Washington voulait ramener la juge contre sa volonté, il suggéra au président de suivre les voies légales appropriées décrites dans le Fugitive Slave Act. Mais était-ce même nécessaire? Comme Whipple l'a signalé à Wolcott, le juge était disposé à retourner aux Washington de son plein gré, à une condition:

Elle a exprimé sa grande affection et son respect pour son maître et sa maîtresse et, sans hésiter, a déclaré qu'elle était disposée à revenir et à servir avec fidélité pendant la vie du président et de sa femme si elle pouvait être libérée si elle décédait si elle leur survivait; mais qu'elle devrait plutôt subir la mort qui revienne à l'esclavage et soit susceptible d'être vendue ou donnée à d'autres personnes.

Wolcott a transmis l’offre du juge à Washington. Le président était-il content d'apprendre que le juge était disposé à revenir? À peine… il était furieux que Whipple ait accepté la version des événements d’un esclave au lieu de la sienne. Et il a rejeté avec colère l'idée qu'un maître négocierait jamais avec un esclave sur n'importe quelle question, et encore moins de négocier avec un esclave qui avait montré la déloyauté en fuyant:

Conclure un tel compromis avec elle, comme elle vous l'a suggéré, est totalement inadmissible… Ce ne serait ni politique, ni simplement récompenser l'infidélité par une préférence prématurée; et par là même mécontentement l’esprit de tous ses compagnons de service qui, par leurs attachements constants, méritent bien plus qu’une faveur.

RESTANT EN PLACE

Son offre ayant été rejetée, le juge est resté dans le New Hampshire. Mais Washington a refusé de baisser les bras, du moins pas s’il pouvait récupérer Juge sans attirer une publicité négative. Il a dit à Whipple d'utiliser des «moyens obligatoires» pour saisir Judge si possible, à condition de ne pas «exciter une foule ou une émeute… ni même des sensations gênantes dans l'esprit de citoyens bien disposés». Si cela ne pouvait être évité, il a écrit: "Je renoncerais complètement à ses services."

Whipple ne tenta plus de capturer le juge. Mais Washington l'a fait. Quand il apprit que le neveu de Martha Washington, Burwell Bassett Jr., préparait un voyage à Portsmouth à l’automne 1799, Washington lui demanda d’essayer de faire revenir Juge. Bassett accepta et rendit visite à Judge, qui était maintenant marié à un marin afro-américain libre du nom de John Staines et qui avait déjà le premier de ses trois enfants. (Staines était en mer lorsque Bassett est passé.) Bassett a demandé à Judge de retourner à Mount Vernon. Elle a refusé en lui disant: "Je suis libre et je choisis de le rester."

Bassett était l’invité du sénateur John Langdon lors de sa visite à Portsmouth et, après la première visite à Judge, il a confié à Langdon qu’il avait reçu pour instruction de saisir de force la juge et sa fille si nécessaire et qu’il le ferait dans les prochains jours. Langdon, un ami de longue date des Washington, a néanmoins été tellement troublé par ce qu'il a entendu dire qu'il est sorti de la maison pendant que Bassett dînait et a averti le juge du danger. Elle s'est enfuie au Groenland, dans le New Hampshire, et s'y est cachée avec des amis.

ENFIN LIBRE

George Washington mourut quelques mois plus tard, le 14 décembre 1799; Martha Washington a suivi en mai 1802. La propriété du juge Oney et de ses trois enfants a maintenant été transmise à des parents de la famille de Martha, mais rien n’indique qu’ils aient déjà tenté de réclamer la candidature de Juge en vertu de la Fugitive Slave Act.

Le juge n’a toutefois pas pris de risque. Elle a posé bas pour les 40 prochaines années. Ce n’est qu’après avoir atteint l’âge de 70 ans, qu’elle était trop âgée et malade pour travailler - et qu’elle ne valait donc plus la dépense de la capturer et de la ramener en Virginie - qu’elle a commencé à raconter son histoire à des journaux abolitionnistes au milieu des années 1840. À ce moment-là, son mari et ses trois enfants étaient décédés et elle vivait dans une pauvreté abjecte depuis de nombreuses années. Un des journalistes lui a demandé si elle regrettait jamais d'avoir quitté les Washington et Mount Vernon, où, si elle était restée, elle aurait peut-être eu une vie plus facile. «Non, a-t-elle répondu, je suis libre et je suis confiante d'avoir été faite enfant de Dieu par les moyens.»

Laissez Vos Commentaires