Le sexe avant un événement sportif nuit-il vraiment à la performance?

Le sexe avant un événement sportif nuit-il vraiment à la performance?

Bonne question! Il existe deux écoles de pensée sur cette question particulière, mais la réponse courte est qu'elle peut être psychologique (bien qu'aucune étude ne l'ait définitivement prouvée), et «non» physiquement (à moins que vous n'ayez besoin d'une réduction de la testostérone pour vous aider avec l'anxiété excessive de mise au point). Cela étant dit, aucune étude scientifique n’a jamais montré qu’avoir des relations sexuelles avant l’activité physique réduirait vos performances. La plupart des professionnels de la santé affirment que ce mythe n'est que de la superstition provoquée par des entraîneurs peu instruits.

L'idée que le sexe avant un événement entraîne une baisse des performances découle d'une croyance populaire dans les cercles de boxe professionnels et dans certains autres sports des années 1950-1960. L’équipe olympique mexicaine croyait tellement dans la théorie qu’elle donnait du nitrate de potassium à ses athlètes dans l’espoir de prévenir les érections. On pensait que le sexe réduirait le taux de testostérone d’une personne avant l’événement, ce qui réduirait son agressivité et donc ses performances. L'idée auxiliaire selon laquelle l'abstinence peut également entraîner une augmentation de l'agressivité aurait peut-être également joué un rôle dans cette théorie. Quoi qu’il en soit, l’idée n’est tout simplement pas vraie. Plusieurs études ont montré que les hommes ayant une forte libido et une activité sexuelle plus fréquente ont tendance à avoir des taux moyens de testostérone plus élevés (ce qui n’est pas surprenant). À l’inverse, le Dr Emmanuel A. Jannini, endocrinologue à l’Université de L’Aquila, en Italie, souligne qu’après trois mois d’inactivité sexuelle, le taux de testostérone d’une personne peut chuter au niveau de celui des enfants.

D'un autre côté, une augmentation de l'anxiété et de l'agressivité peut potentiellement nuire aux performances de certains athlètes qui ont besoin de se concentrer et ont des processus de pensée plus équilibrés au cours de l'événement. Considérons un joueur de baseball jusqu'à la batte, ou un quarterback lançant une balle; trop d'anxiété et le frappeur oscille trop tôt ou sans un bon contrôle. Le quarterback pourrait prendre des décisions qui auraient un résultat négatif. La théorie va donc dans ces cas-là, les athlètes qui sont affectés négativement par la testostérone pourraient potentiellement voir leur performance affectée par leur vie sexuelle. Donc, l'idée d'essayer d'influencer la testostérone en s'abstenant de toute relation sexuelle, d'une manière ou d'une autre, revient vraiment à l'athlète individuel, à son événement sportif et aux effets de la testostérone sur lui. Le message à retenir est le suivant: n’essayez pas quelque chose de nouveau avant un événement important. Faites ce qui a fonctionné pour vous tout au long de votre période de formation. Cela se traduira probablement par des résultats similaires au cours de l'événement. La manipulation de la testostérone a plus à voir avec les jours ou les semaines qui ont précédé l'événement.

Ce qui m'amène à une question de suivi: «Qu'en est-il des minutes ou des minutes qui ont précédé l'événement?». Historiquement, on pensait que la réponse revenait aux systèmes nerveux impliqués dans le sexe et l'activité physique, qui sont de deux types principaux. des systèmes nerveux impliqués. On pensait autrefois que ces systèmes s’opposaient: les systèmes sympathique et parasympathique. Le système nerveux sympathique, également appelé «combat ou fuite», implique des neurotransmetteurs à action rapide tels que la norépinéphrine. La stimulation de ce système nerveux se traduit par une dilatation de la pupille, une augmentation de la transpiration, du rythme cardiaque et de la pression artérielle. Toutes les choses utiles à exploiter pendant l'activité physique. Vous avez probablement entendu des athlètes professionnels «se lever pour le match». Peut-être les avez-vous vus en marge d'un match de football chantant ensemble et se «pompant». Cela a tendance à aider à stimuler cette réponse «combat ou fuite».

Le système nerveux parasympathique, également appelé système «d'alimentation et de reproduction», utilise des neurotransmetteurs qui agissent plus lentement et stimulent l'excitation sexuelle, la salivation, la miction, la digestion et la défécation - tous les symptômes que vous souhaitez éviter pendant un événement sportif (à moins que je suppose que votre «sport» est un concours de restauration à hot-dog. Ainsi, l'idée a conduit certaines personnes à s'abstenir de relations sexuelles juste avant un événement. Leur espoir était qu’ils ne stimuleraient pas leur système nerveux parasympathique et ne diminueraient pas la capacité de leur corps à utiliser leur système nerveux sympathique.

La science médicale moderne a également été en mesure de démystifier cette théorie. Il a été démontré que ces deux systèmes nerveux travaillent en complémentarité. Un bon exemple est que votre système nerveux sympathique est nécessaire pour aider à l'éjaculation pendant les rapports sexuels. Plus concrètement, une étude de 1995 publiée dans le Journal de médecine sportive et de conditionnement physique ont montré qu’il n’y avait pas de différence de performance entre les sujets ayant des relations sexuelles avant les tests sur un tapis roulant et ceux qui n’en avaient pas.

Frank, maintenant que vous savez qu’il n’ya aucun effet physiologique à avoir des relations sexuelles avant un événement, parlons des effets psychologiques.

Comme tous les athlètes le savent, être fort mentalement est tout aussi important que d'être fort physiquement. En raison des enjeux dans les sports de compétition, de nombreux athlètes ont des niveaux d'anxiété élevés menant à un événement important. Sans aucun moyen de se détendre, les athlètes peuvent avoir du mal à dormir et être épuisés mentalement au moment des matchs.Le sexe aide à distraire l'esprit de la compétition, détend une personne et l'aide à dormir. Comme le déclare Juan Carlos Medina, coordinateur général du département des sports de Tecnologico de Monterrey, «le sexe contribue à détourner l’esprit de la compétition et à éliminer la fatigue mentale, qui est plus dangereuse que la fatigue physique».

Il y a encore un facteur à considérer. Qu'en est-il de la fatigue physique obtenue en jouant du scotch entre les feuilles? Si cela vous inquiète, ne le soyez pas. La relation sexuelle moyenne ne dure qu'environ 5 minutes (désolé les garçons, la vérité fait mal). Cela ne fera que brûler environ 20 à 50 calories, en fonction du niveau d'effort. Une promenade après le dîner avec grand-mère brûle plus que cela!

Donc qu'est-ce que tout cela veut dire? En fin de compte, rien n'indique que le sexe nuit aux performances physiologiques. Les avantages psychologiques d'avoir des relations sexuelles semblent aider dans certains cas. Selon les mots de Martin Lawrence du film «Bad Boys», «Vous savez que je suis un meilleur flic quand j'en ai, le matin, je me sens plus léger sur les pieds». De véritables paroles n'ont jamais été dites!

Sur une note plus précise, le Comité olympique est tellement conscient des avantages du sexe (et de la promiscuité de ces athlètes de haut niveau pendant les Jeux) qu'il distribue régulièrement des préservatifs à ses athlètes. Lors des jeux de Londres 2012, ils ont distribué plus de 150 000 préservatifs aux athlètes et aux bénévoles. Ce que les athlètes font souvent pendant les Jeux quand ils ne s'entraînent pas ou ne sont pas en compétition peut être résumé par un athlète olympique qui a déclaré: «On ne peut pas avoir autant de personnes jolies, aussi belles et aussi bien au même endroit sans beaucoup voulaient soulager la pression. "

Laissez Vos Commentaires