L'origine fascinante du mot "Abracadabra"

L'origine fascinante du mot "Abracadabra"

Aujourd'hui, j'ai découvert l'origine du mot «abracadabra».

Ces jours-ci, vous entendrez peut-être ce mot avant qu'un magicien de la scène ne tire un lapin de son chapeau, mais il y a des centaines d'années, les gens croyaient en réalité que «l'abracadabra» était un sortilège magique. L’origine exacte de ce mot peut faire l’objet d’un débat, mais l’un des plus anciens documents sur «Abracadabra» utilisé est un extrait d’un sage romain nommé Serenus Sammonicus dans la deuxièmeDakota du Nord siècle après JC Liber Medicinalis:

La maladie que les Grecs appellent hemitritaeos est plus meurtrière. Aucun de nos ancêtres n’a pu nommer cette maladie dans notre propre langue et ils n’en ont pas ressenti le besoin. Sur un morceau de parchemin, écrivez à plusieurs reprises le soi-disant «abracadabra», en le répétant sur la ligne ci-dessous; mais enlevez la fin, de sorte que peu à peu des lettres individuelles, que vous enlèverez à chaque fois, manquent au mot. Continuez jusqu'à ce que la dernière lettre forme le sommet d'un cône. N'oubliez pas d'enrouler cela avec du lin et de le suspendre au cou. Beaucoup de gens disent que le saindoux d'un lion est efficace. . .

Il est peu probable que Sammonicus ait inventé ce mot tout seul et l’on pense qu’il avait déjà été utilisé auparavant. Il existe plusieurs théories quant à son origine éventuelle. Premièrement, il aurait pu être dérivé du mot tout aussi magique «abraxas» dont les lettres, en numérologie grecque, totalisent 365, le nombre de jours de l'année. Il se peut que les premiers sages aient pensé que ce soit un mot puissant et en aient en quelque sorte créé un «abracadabra» et en aient fait un «remède».

Alternativement, le mot pourrait être dérivé des mots hébreux pour «père, fils et saint-esprit»: «ab, ben et ruach hakodesh» respectivement. Peut-être plus intuitivement, cela pourrait être dérivé de l'expression «avra kadavra» en araméen. Les fans de Harry Potter sauront probablement que c'est ce que JK Rowling a utilisé quand elle proposait le sortilège «avada kedavra». Dans une interview, elle a déclaré: que la phrase d'origine signifiait «laissez la chose être détruite» (plus de détails à ce sujet dans les faits sur les bonus ci-dessous), ce qui conviendrait bien à la théorie de la guérison abracadabra a été écrit pour "détruire" la maladie.

Aussi étrange que cela puisse paraître aujourd'hui, les gens portaient des sortes de talismans avec le cône «abracadabra» décrit par Sammonicus. On pensait qu'il guérissait les maladies, la fièvre et d'autres problèmes en le siphonnant de la personne et en l'expulsant par le bas «A». Évidemment, cela n’aurait pas plus qu’un effet placebo sur l’utilisateur, mais les gens semblent y mettre beaucoup d’argent. Par exemple, dans les années 1500 Eva Rimmington Taylor a écrit Le difficile voyage du capitaine Edward Fentondans lequel elle prétendait:

Banester a déclaré qu'il en guérissait 200 en une année en suspendant l'abracadabra au cou.

Abracadabra était encore utilisé comme un «remède» dans le 18th siècle, comme en témoigne un livre de Daniel Defoe daté de 1722 et intitulé Journal de l'année de la peste, qui a déploré l'utilisation de tels charmes:

Les gens ont été trompés; et c'était en portant des sortilèges, des philters, des exorcismes, des amulettes, et je ne savais pas quels préparatifs, pour fortifier le corps avec eux contre la peste; comme si la peste n'était qu'une sorte de possession d'un mauvais esprit; et qu'il devait être gardé avec Crossings, signes du zodiaque, papiers attachés avec autant de nœuds; et certains mots ou figures écrits dessus, notamment le mot Abracadabra, formé en triangle, ou pyramide…

Comment les pauvres ont trouvé l'insuffisance de ces choses et combien d'entre elles ont ensuite été emportées dans des cadavres.

Finalement, les gens abandonnent la superstition abracadabra et à la 19th siècle, la pratique de suspendre un charme abracadabra autour de votre cou pour guérir une maladie s'était apaisée. À ce stade, le mot a commencé à prendre le sens de «fausse magie», comme nous le connaissons aujourd’hui - après tout, les magiciens ne font pas réellement apparaître les lapins… ou est-ce vrai?!? 😉

Faits bonus:

  • «Kadavra» en turc signifie «cadavre» ou «cadavre».
  • Fait intéressant, beaucoup de sources que j'ai trouvées disaient que «avra kadavra» signifiait «il sera créé avec mes mots». Cependant, à y regarder de plus près, il ne semble pas y avoir beaucoup de preuves directes à l'appui de cela et du «cadavre». La traduction de «kadavra» semble assez solide. Si Rowling et d’autres avaient tort dans leurs recherches, cela aurait certainement ajouté un niveau de profondeur au sort de Harry Potter. 😉
  • Beaucoup d'autres sorts de Harry Potter ont une origine latine: Expelliarmus, le charme désarmant, combine expellere, à conduire ou à forcer, avec arma, ou une arme, ce qui en fait "pour forcer une arme." Lumos, le sortilège de baguette, dérive de lumen, signifiant lumière. Crucio, ou la malédiction du Cruciatus, est un sortilège de torture qui se traduit par «je torture».
  • Hocus Pocus, une autre expression courante utilisée par les magiciens, n’a pas existé avant le 17th siècle, quand un prestidigitateur prononça la phrase pour une partie de son acte: "Hocus pocus, tontus talontus, vade celeriter jubeo." ou "car c'est mon corps". Une autre théorie est qu'il dérive du démon nordique Ochus Bochus, et l'appel de son nom le ferait l'aider à faire quelque chose de magique. Il est possible que “hocus pocus” ait plus tard évolué vers le mot “canular”.
  • «Presto» signifie simplement «rapidement» en italien. Il était utilisé par des magiciens qui essayaient d'appeler des démons et voulaient apparemment qu'ils se dépêchent.

Laissez Vos Commentaires