Comment la Bible King James est venue

Comment la Bible King James est venue

Aujourd'hui, j'ai découvert l'origine de la Bible King James.

En 1603, la reine Elizabeth I est décédée. Elle a dirigé l'Angleterre pendant 45 ans, était aimée et a procuré un sentiment de stabilité et de sécurité pendant son règne. Décrite comme «ni un bon protestant ni un papiste résolu», elle a été en mesure de fournir un support relativement heureux entre les deux sectes en guerre. N'ayant pas d'enfant, le trône était ouvert au roi d'Ecosse, James VI, qui devint roi d'Angleterre, James I à sa mort.

L'Angleterre avait été en guerre avec l'Ecosse de temps en temps. La mère de James, Mary, avait été décapitée par Elizabeth. Pourtant, beaucoup de gens ont vu la montée d'un nouveau roi être l'occasion d'une réforme religieuse qu'ils attendaient.

Lors de son voyage vers le sud jusqu'à son couronnement anglais, le roi James fut arrêté par une délégation de puritains qui lui présenta une liste de griefs et de propositions de réformes. Il a été signé par plus de 1000 membres du clergé - 10% du clergé anglais à l’époque - et a ensuite été appelé la pétition Millenary. Ils ont notamment abordé l'interdiction d'utiliser des alliances et le port d'une croix, sans rien mentionner à propos d'une nouvelle traduction de la Bible.

Le nouveau roi James a convoqué une réunion au palais de Hampton Court pour répondre aux préoccupations exprimées lors de la pétition Millenary, qui a eu lieu au début de 1604. Les puritains n’ont pas été autorisés à assister à la première journée de la conférence et James a largement ignoré la plupart de leurs discussions. demandes. En fait, James était satisfait de la mise en place de l'Église anglaise, après avoir été extrêmement frustré par le modèle presbytérien écossais.

Finalement, le Dr John Reynolds, le principal porte-parole puritain de la conférence, évoqua l'idée d'une traduction de la Bible, car «ceux qui étaient autorisés sous le règne d'Henri VIII et du roi Édouard VI étaient corrompus et ne répondaient pas de la vérité des faits. James, qui détestait la bible populaire de Genève pour son message anti-redevance, a convenu qu'une nouvelle traduction serait pour le mieux. Et malgré les autres résultats de la conférence, les puritains étaient heureux car ils croyaient pouvoir avoir leur mot à dire dans la nouvelle traduction, leur permettant peut-être de mettre en œuvre certaines des réformes qu'ils souhaitaient de toute façon.

La traduction de la bible n’a commencé qu’en 1607. Cinquante-quatre experts de la Bible (seuls quarante-huit ont été enregistrés, certains étant décédés avant la fin de la traduction) se sont réunis à Oxford, Westminster et Cambridge pour discuter de la traduction. Ils venaient de tous les niveaux de religion et avaient des idées différentes sur la réforme qu'ils souhaitaient voir. Ils devaient suivre 15 règles de traduction, y compris ne pas écrire de notes en marge de la Bible et garder la langue accessible aux gens ordinaires (dont beaucoup étaient totalement illettrés à l'époque).

Les traducteurs ont été divisés en sous-comités. Chaque traducteur a traduit indépendamment la même section de la bible, qu'il a ensuite rapportée au sous-comité. Toutes les traductions ont été comparées et une a été sélectionnée pour être envoyée au comité de révision général. Le comité de révision a écouté la traduction plutôt que de la lire; parce qu'une grande partie de leur auditoire était analphabète, ils voulaient que la bible sonne juste plus que d'avoir l'air juste. Si la traduction ne vous paraissait pas bonne, le comité général débattrait et réviserait le passage jusqu’à ce que cela se produise. Ensuite, ils enverraient leurs passages approuvés à quelques évêques, qui les transmettraient ensuite à l'archevêque de Cantorbéry, qui les transmettrait au roi Jacques, qui aurait le dernier mot en ce qui concernait l'approbation de la nouvelle traduction.

La nouvelle traduction a finalement été achevée en 1610 mais n’a été rendue accessible au public que l’année suivante. Il a été imprimé par Robert Barker, l’imprimeur personnellement nommé par King James. Malheureusement, la nouvelle traduction avait été si anticipée que Barker s'est précipité chez l'imprimeur et que de nombreuses erreurs ont été commises. Barker avait déboursé 3 500 £ pour avoir le droit de publier la bible, et avait même passé plus de temps à essayer de corriger les erreurs et à repousser les éditeurs pirates. En 1635, il se retrouva dans la prison du débiteur où il mourut plus tard.

En plus d'imprimer deux versions différentes de la Bible en même temps et de permettre à leurs pages d'être reliées ensemble plutôt que séparément, des fautes de frappe majeures ont été découvertes lors de l'impression de 1631, connue plus tard sous le nom de «La Bible perverse». «La grandeur de Dieu» était mal interprétée comme «le grand asse de Dieu» et le mot «non» était exclu du commandement «Tu ne commettras pas d'adultère». Pour cette raison, la raison pour laquelle King James Version n'a pas été mystérieuse n'était pas populaire depuis le début.

Au fil du temps, la Bible King James a subi un certain nombre de révisions de la traduction originale. Les fautes de frappe ont été corrigées, de nouveaux résumés de chapitre ont été inclus et des références marginales ont été ajoutées et vérifiées pour en vérifier l'exactitude. Les révisions ont ouvert la porte à l’augmentation de la popularité de King James Version. Aujourd'hui, le Christian Post rapporte que la Bible King James est la deuxième bible la plus vendue derrière la nouvelle version internationale.

Faits bonus:

  • Alors qu’il est communément dit que Jésus était charpentier avant de devenir un «rabbin» ou un enseignant, cela n’est peut-être pas correct. D'après Marc 6: 2-3, il est supposé qu'il était, comme son beau-père, un "charpentier" tel qu'il est couramment traduit. Cependant, la traduction choisie du mot grec «tecton» pour signifier «charpentier» est considérée par certains érudits modernes comme une erreur de traduction, ou du moins une présomption. En fait, "tecton" (chez Mark) ou "tekton" (chez Mathew) est plus justement traduit en un mot plus général décrivant un "contractant"; en particulier, la passation de marché en tant que «constructeur» ou «homme à tout faire». Cela pourrait signifier un charpentier comme nous le pensons, mais il est probable que la plupart des emplois qu’il aurait occupés n’auraient rien à voir avec le bois. Vous aviez quelque chose à réparer, à concevoir, à construire ou à construire, et il était le type à appeler. Et notez bien que cela ne se réfère pas simplement à de petits travaux tels que la réparation d’un toit qui fuit ou similaires, bien que ce genre de chose aurait probablement fait partie de ce qu’il a fait quand les grandes entreprises étaient lentes; cela fait également référence à des choses telles que la conception et la construction de ponts, de temples en pierre, etc. Ainsi, peut-être que par la notion actuelle de la profession, il serait plus justement appelé un «ingénieur».
  • La Bible de Genève, qui fut le précurseur du roi Jacques, fut la première traduction anglaise largement distribuée de la Bible, après un long débat sur le fait que les évêques lisaient la Bible en latin, que peu de gens pouvaient comprendre.
  • La Bible du roi Jacques fut la première à comporter la traduction «Tu ne laisseras pas vivre une sorcière» (Exode 22:18). Certaines personnes croient que le mot original était le grec pharmakeia, signifiant "pharmacie", ce qui devrait donner à la traduction le sens de "bien que ne souffre pas d’un empoisonneur pour vivre". Cependant, l’idée que cette partie a été mal traduite n’est pas largement acceptée. Les incrédules désignent le mot hébreu kashaph, qui peut être traduit par «sorcière», ce qui signifie fondamentalement la même chose que «sorcière».

Laissez Vos Commentaires