Les Oregon et les habitants du New Jersey n'ont pas le droit de pomper de l'essence

Les Oregon et les habitants du New Jersey n'ont pas le droit de pomper de l'essence

À une époque où le pompage d'essence semble être chose du passé, l'Oregon n'offre toujours pas ce type de service à ses citoyens, mais «l'État du castor» ne leur offre pas d'autre choix - les Oregon ne sont pas autorisés à pomper. leur propre gaz! Sur cinquante États, deux seulement ne permettent pas la «distribution en libre service de liquides inflammables de classe 1 chez le détaillant». Le New Jersey est l’autre État qui garde ses chauffeurs à leur place lorsqu’ils font le plein.

Quand on leur dit que les Oregon ne sont pas autorisés à faire le plein d'essence, la première question qui se pose est la suivante: «Vraiment?», Suivie presque toujours dans le même souffle avec «Pourquoi? avoir confiance en soi pour faire le plein? Ce n’est pas vraiment une opération à la roquette. La réponse réside bien entendu dans les lois des États. Le New Jersey a promulgué la législature nécessaire pour interdire aux gens de pomper leur propre essence en 1949. C'était juste deux ans après l'ouverture des premières stations-service en libre-service aux États-Unis en Californie, avec la popularité de l'auto-service explosant comme les feux de gaz. Les législatures de l'Oregon et du New Jersey avaient tellement peur de l'adoption de lois l'interdisant.

L'Oregon a décidé que le libre-service constituait un danger pour la sécurité deux ans après le New Jersey, en 1951, et les législateurs sont allés jusqu'à inclure 17 raisons pour lesquelles ils pensent que les personnes remplissant leurs propres réservoirs d'essence sont une mauvaise idée. Aujourd'hui, vous obtiendrez une belle amende de 500 $ si vous essayez d'enfreindre la règle. [Note de l’éditeur: j’ai déjà tenté de le casser en traversant l’Oregon au milieu de la nuit. La personne qui était censée venir faire le plein d’essence n’est pas sortie tout de suite et je n’étais pas encline à attendre. À la seconde où il m'a vu soulever la buse de la machine, il a fait un sprint. Bien sûr, à ce moment-là, tout était prêt à fonctionner, mais tout s'est bien passé, car c'est un technicien qualifié en matière de distribution de gaz, comme j'aime le penser, qui a appuyé sur la gâchette de la buse du distributeur. * évite les explosions * ;-)]

Un léger changement a été effectué en 2001 en Oregon lorsque les motocyclistes ont réussi à modifier la loi afin de leur permettre de pomper de l'essence. Vraisemblablement, il était gênant de laisser une personne au hasard coincer la buse entre les jambes des motards alors qu’ils s’assoyaient consciencieusement sur leur vélo en attendant d’être réparés…

[Note de la rédaction: En tant que personne vivant à Washington et devant parfois traverser l’Oregon - et essayant d’éviter à tout prix de faire l’essence dans l’Oregon - je suis curieux; Quelle est l’étiquette sur les pourboires lorsque quelqu'un pompe votre essence et nettoie votre pare-brise, comme cela semble se produire les quelques fois où j'ai fini par avoir besoin de m'arrêter pour faire le plein? Est-il habituel de donner un pourboire ou non? Les esprits curieux veulent savoir…]

Si vous souhaitez en savoir plus sur les 17 raisons énumérées dans les lois orégoniennes, vous pouvez les lire ci-dessous:

(1) La distribution de liquides inflammables de la classe 1 par des distributeurs dûment formés aux procédures de sécurité appropriées réduit les risques d’incendie directement associés à la distribution de liquides inflammables de la classe 1;

(2) Les normes de sécurité appropriées sont souvent inapplicables dans les stations libre-service de vente au détail dans d'autres États, car les caissiers sont souvent incapables de conserver une vision claire et d'accorder toute leur attention à la distribution de liquides inflammables de classe 1 par les clients;

(3) Les taux d’assurance responsabilité civile majorés imposés aux stations libre service du commerce de détail reflètent les dangers auxquels sont exposés les clients qui quittent leur véhicule pour distribuer des liquides inflammables de classe 1, tels que le risque accru de criminalité et le risque accru de blessures résultant de la glissade. surfaces lisses;

(4) Les dangers de criminalité et de surfaces glissantes décrits au paragraphe (3) du présent article sont renforcés par le fait que le climat de l’Oregon est particulièrement défavorable, entraînant une chaussée mouillée et une visibilité réduite;

(5) Les dangers décrits au paragraphe (3) du présent article sont aggravés lorsque le client est une personne âgée ou une personne handicapée, en particulier s'il utilise un dispositif d'aide à la mobilité, tel qu'un fauteuil roulant, un déambulateur, une canne ou des béquilles;

(6) Les tentatives d'autres États visant à exiger l'aide aux personnes âgées et aux personnes handicapées pour la distribution en libre service de liquides inflammables de classe 1 dans les points de vente au détail ont échoué. Par conséquent, les personnes âgées et les personnes handicapées doivent supporter des coûts plus élevés. de plein service;

(7) L'exposition aux vapeurs toxiques représente un risque pour la santé des clients qui distribuent des liquides inflammables de classe 1;

(8) le risque décrit au paragraphe (7) du présent article est accru lorsque la cliente est enceinte;

(9) L'exposition à la distribution de liquides inflammables de classe 1 devrait généralement être limitée au moins de personnes possible, telles que les propriétaires de stations-service et leurs employés ou d'autres distributeurs formés et certifiés.

Les numéros 7, 8, 9 et 10 ont tous à voir avec les «vapeurs toxiques» émises lors du pompage de son propre gaz. Outre le fait qu'il faut baisser la vitre de la voiture ou ouvrir la porte pour donner de l'argent au technicien afin de payer l'essence et lui dire ce que vous voulez, laissant ainsi entrer lesdites vapeurs, par cette logique, au lieu d'exposer les clients à ces émanations pendant une brève période,les stations-service de l'Oregon paient un salaire minimum à un petit nombre de personnes choisies pour être exposées à ces émanations huit heures par jour, plusieurs fois par semaine… D'accord, alors…

(10) La pratique typique consistant à facturer des prix nettement plus élevés pour la distribution de carburant à service complet dans les États où le libre-service est autorisé au détail:

a) Discrimine les clients à faible revenu, soumis à une pression économique accrue pour se soumettre aux inconvénients et aux dangers du libre-service;

(b) Discrimine les clients âgés ou ayant une déficience qui ne peuvent pas se servir eux-mêmes et qui doivent donc payer des prix nettement plus élevés; et

(c) augmente la distribution en libre service et réduit ainsi les contrôles de maintenance effectués par les préposés, ce qui entraîne une négligence de la maintenance, mettant en danger à la fois le client et les autres automobilistes et entraînant des réparations inutiles et coûteuses;

(11) Le recours accru au libre-service chez les détaillants dans d'autres États a contribué à réduire la disponibilité d'installations de réparation automobile dans les stations-service;

(12) La distribution en libre-service chez les détaillants d’autres États n’entraîne pas une réduction durable des prix du carburant facturés aux clients;

(13) Une interdiction générale de la distribution en libre service de liquides inflammables de classe 1 par le grand public favorise le bien-être public en offrant une sécurité et une commodité accrues sans causer de préjudice économique au public en général;

(14) La distribution en libre service dans les points de vente contribue au chômage, en particulier chez les jeunes;

L'Amérique du Nord est connue pour son industrie de la restauration rapide. McDonald's recrute toujours. De plus, apparemment, nous devrions exposer nos jeunes à des «vapeurs toxiques» pendant qu’ils travaillent selon ce raisonnement. 😉

(15) la distribution en libre service dans les points de vente représente un risque pour la santé et un inconfort déraisonnable pour les personnes handicapées, les personnes âgées, les enfants en bas âge et les personnes exposées aux maladies respiratoires;

(16) La loi fédérale sur les Américains handicapés, loi publique 101-336, impose aux personnes handicapées de bénéficier d'un accès égal aux stations d'essence dans les points de vente au détail; et

(17) Les enfants en bas âge laissés sans surveillance lorsque les clients partent effectuer un paiement dans les stations libre-service de vente au détail créent une situation dangereuse. [1991 c. 863 §49a; 1999 c.59 §160; 2007 c.70 §276]

Laissez Vos Commentaires