Le chapo des orangs-outans

Le chapo des orangs-outans

Possédant un bel esprit de stratégie, enclin à la mécanique, avec des amis fidèles et fidèles et plein de chance, le plus grand artiste de jailbreak du zoo de tous les temps, Ken Allen, était El Chapo des orangs-outans.

Né au zoo de San Diego en 1971, Ken a été marqué par la tristesse quand il a dû être retiré des soins de sa mère, alors que les gardiens de zoo lui ont dit qu’elle était sur le point de l’étouffer. Nommé en l'honneur de deux de ses sauveteurs, Ken Willingham et Ben Allen, après son retrait, il est devenu plutôt à l'aise avec les humains qui l'ont aidé à l'élever.

Les gardiens de zoo auraient peut-être dû anticiper les évasions ultérieures de Ken puisque, même dans sa jeunesse, selon le zoo de San Diego, il dévissait régulièrement les verrous de sa cage la nuit, errait dans la crèche, puis revenait et remettait sa cage en place. Matin. Soupçonnant que quelque chose n'allait pas, les gardiens de zoo l'ont finalement attrapé et son divertissement nocturne a pris fin.

Comme pour les adolescents humains, à l'âge de 14 ans, Ken décida de tester ses limites et fit échapper son premier stylo le 13 juin 1985 en escaladant le mur de soutènement de son enceinte. Amical et confiant, Ken se serait promené calmement avec les clients du zoo en observant d’autres animaux avant que les gardiens du zoo aient appris son évasion et aient été en mesure de le ramener dans sa cage, où il était apparemment parfaitement heureux de revenir.

Bien que les responsables du zoo aient craint que l'évasion de Ken ne crée un désastre pour les relations publiques, son comportement était si modéré, mais l'inverse s'est produit et Ken est finalement devenu un héros folklorique - au point que des chemises et des autocollants de pare-chocs «Free Ken Allen» ont commencé à apparaître. apparaître, et il y avait même une chanson, La ballade de Ken Allen.

Ne voulant pas se reproduire, les responsables du zoo ont renforcé la sécurité dans son enclos, notamment en installant un grand fossé avec un mur massif pour garder l'orang-outan de 250 livres. Cependant, quelques semaines plus tard, le 29 juillet 1985, Ken s'est échappé de nouveau. Cette fois, cependant, il décida d'utiliser son temps de façon plus productive et alla au enclos tenant son ennemi juré, un orang-outan nommé Otis. Quand les gardiens de zoo sont arrivés, ils ont trouvé Ken en train de peler Otis avec des pierres.

Le 13 août 1985, Ken a de nouveau fait appel à son ingéniosité et a trouvé une branche de taille et de force suffisantes pour l'utiliser comme un pied de biche; En sollicitant l'aide de l'une de ses amies, un orang-outan nommé Vickie, Ken lui expliqua comment ouvrir une sortie à l'aide de la branche. Réussie, Vickie les libéra tous les deux, bien qu'ils furent à nouveau capturés presque immédiatement.

Après la troisième évasion, Ken a été déplacé pendant un certain temps alors que les responsables du zoo dépensaient des milliers de dollars pour enquêter sur son enclos, y compris même engager des alpinistes expérimentés pour trouver chaque doigt, orteil et pied dans l'enceinte.

D'autres tentatives ont été faites pour améliorer la conception de son enceinte en essayant de voir Ken fouiller son stylo pour rechercher d'éventuelles fuites. Cependant, Ken sembla bientôt comprendre ce que ses ravisseurs essayaient de faire et cessa simplement ces tentatives lorsque les gardiens de zoo observaient. En réponse, ces personnes ont dû s'habiller en touristes pour l'observer clandestinement.

Enfin, comme une sorte d’amélioration générale de la sécurité, les gardiens de zoo ont passé un fil de clôture électrique le long du sommet du mur extérieur de l’enceinte de Ken et l’ont allumé. Cela a empêché au moins une évasion lorsque Ken a réussi à atteindre de nouveau le sommet dudit mur, mais cette fois a été zappé et replié dans sa cage, apparemment vaincu pour de bon.

Au contraire! Ken attendait simplement son heure et deux ans plus tard, il s’échappa lorsque la pompe de la fosse s’éteignit, ce qui la dessécha suffisamment pour que Ken puisse marcher et se hisser une fois de plus.

Selon les informations, cette fois-ci, Ken ne serait pas revenu aussi silencieusement que lors des précédentes évasions. Quand le duvet vint le ramener chez lui, il s'en alla, laissant un peu peur aux gardiens du zoo alors qu'il se dirigeait directement vers les enclos du lion où ils craignaient qu'il ne grimpe à l'intérieur. Cette crise potentielle a toutefois été évitée, car les gardiens de zoo ont réussi à l'attraper avant qu'il n'arrive.

Cherchant à le distraire d’essayer de s’échapper à nouveau, et pensant qu’il était peut-être un peu jaloux d’Otis qui vivait avec trois dames orangs-outangs, les gardiens de zoo ont placé quatre femmes avec Ken, "dans l’espoir de transformer son désir vagabond en un simple désir"

Cela se retourna complètement, cependant, alors que Ken recrutait ses nouveaux amis pour participer à ses escapades. Quelques mois plus tard, deux de ses protégés, Jane et Kumang, ont trouvé et transformé une raclette de cinq pieds laissée dans le stylo en un outil pour redimensionner le mur. Jane se rendit chez les flamants roses avant de devoir se calmer, mais Kumang retourna agréablement dans l'enceinte.

Ce fut la dernière des évasions de Ken et de ses amis. Au total, le zoo aurait dû débourser environ 45 000 dollars pour empêcher l’enclos de Ken de fuir au cours de ses escapades.

Malheureusement, bien que les orangs-outans en captivité puissent vivre jusqu'à 60 ans, Ken n'a atteint que 29 ans. En 2000, il a été diagnostiqué avec un lymphome à cellules B.Alors que normalement on aurait pu tenter de traiter son cancer, en particulier compte tenu de son jeune âge, son cas était considéré comme étant en phase terminale. Par conséquent, plutôt que de le soumettre à un traitement difficile sans aucune chance de succès, le 1er décembre 2000 , il a été euthanasié.

Laissez Vos Commentaires