Ce jour dans l'histoire: 25 avril

Ce jour dans l'histoire: 25 avril

Aujourd'hui dans l'histoire: 25 avril 1792

À 15h30 Le 25 avril 1792, un voleur et assassin nommé Nicolas Pelletier fut conduit à l'échafaudage de la place de Grave, où des exécutions publiques furent exécutées sous le règne de Louis XV. De nombreux gardes nationaux étaient sur les lieux pour préserver l'ordre. Les autorités craignaient que la foule en vue de cette exécution ne soit exceptionnellement nombreuse et agitée, car c’était la toute première fois que la guillotine serait utilisée pour mettre à mort un criminel condamné.

Le condamné condamné monta l'escalier, vêtu d'une chemise rouge vif, et fut rapidement placé sur la guillotine, également de couleur rouge vif. En quelques secondes, la lame tomba, Pelletier fut décapité et tout fut fini.

La foule assemblée, cependant, s'est sentie totalement arrachée. Où était le drame? Où était l'excitation? Au moins, avec une pendaison ou une rupture au volant, vous obtenez un divertissement approprié. Certaines personnes déçues dans la foule auraient même commencé un chœur de: "Ramenez notre potence en bois!"

Mais la guillotine était là pour rester.

Il y avait eu d'autres appareils similaires à la guillotine qui existait auparavant en Europe, mais la machine que nous connaissons aujourd'hui a été développée par le Dr Joseph-Ignace Guillotin, médecin français et membre de l'Assemblée nationale révolutionnaire. Le bon docteur était en réalité contre la peine de mort, mais il a estimé qu'une méthode d'exécution plus humaine valait mieux que rien jusqu'à ce que la peine capitale puisse être complètement abolie.

La guillotine a été adoptée comme méthode officielle d'exécution par la France le 20 mars 1792 et le restera jusqu'à ce que la peine de mort soit abolie en 1981. Lorsque la guillotine a été mise en place, elle était considérée comme un moyen égalitaire de rendre la justice dans les affaires de la capitale, contrairement à l’ancien système qui privilégiait sans vergogne les classes supérieures. Avant la guillotine, les aristocrates ont subi des exécutions relativement indolores en étant décapités, à la hache ou à l'épée. Les citoyens, par contre, pourraient être pendus, brûlés, cassés au volant ou subir de nombreuses autres sortes de morts horribles et persistantes. La guillotine, à l’esprit des révolutionnaires, offrait un terrain de jeu égal.

Et pendant le règne de la terreur, de juin 1793 à juillet 1794, il a été mis au travail. Après le renversement de la monarchie, la plupart des principes démocratiques mis en place ont été mis de côté et l’anarchie a régné. Personne n’était en sécurité, et on estime que 5 000 à 40 000 Français ont atteint leur but sur la place de la Révolution par le biais de "Madame Guillotine".

Laissez Vos Commentaires