La garde de la reine peut-elle vraiment ne pas réagir face à des personnes en service?

La garde de la reine peut-elle vraiment ne pas réagir face à des personnes en service?

La «garde de la reine» comprend divers soldats chargés de garder les résidences de la reine et, par extension, de la reine elle-même. Composées de soldats (pour la plupart) choisis à la main parmi cinq régiments d’élite de l’armée britannique, les Queen’s Guard ont une renommée internationale pour leur dévouement stoïque au devoir. Cependant, contrairement à la croyance populaire, ces soldats sont autorisés à se déplacer (et le font régulièrement, même lorsqu'ils sont de garde et non au défilé) et réagissent dans certaines circonstances aux chahuteurs et autres.

Cela dit, alors qu’ils sont en service à l’extérieur de l’une des résidences de la Reine, ces sentinelles sont formées pour rester inébranlables face à toutes les conditions météorologiques, qu’il s’agisse de conditions météorologiques extrêmes ou de violences proférées à quelques centimètres de leur visage. En fait, s’ils doivent se soulager au cours de leurs quarts de travail de deux heures (généralement deux heures de travail, quatre heures de repos), ils restent tout aussi insensibles à l’extérieur. Shaun Marsden, «sont suffisamment sombres pour couvrir leur embarras». (Bien que cela puisse sembler être court, il convient de noter que lors des chaudes journées d'été, les gardes ont pour instruction de boire de très grandes quantités d'eau avant de prendre leur service afin de prévenir les coups de chaleur et la déshydratation.)

Mais malgré ces bastions de la réputation britannique du stoïcisme, ils se déplacent régulièrement. Ils tournent au moins toutes les 10 minutes et patrouillent, ce qui implique généralement de faire environ 10 à 20 allées et retour, avant de reprendre leur surveillance. De temps en temps, un garde peut également effectuer une telle marche pour approcher une personne proche de lui qui est une nuisance particulière ou similaire, mais le but plus commun de ces petites escapades est généralement simplement de faire couler le sang pour l'empêcher de se regrouper aussi. beaucoup dans leurs jambes, causant potentiellement le soldat à s'évanouir.

En parlant d'évanouissement, si un soldat commence à se sentir comme succomber à une telle situation, on lui apprend à «s'évanouir au regard». Cela signifie essentiellement qu'ils doivent s'évanouir tout en maintenant leur posture d'attention. En pratique, lorsque cela est réalisé, ils ont tendance à se renverser de manière rigide, comme un soldat fantôme. C'est pourquoi les images du gardien, couchées au sol, plutôt que plus ou moins froissées, abondent sur le sol.

Les membres de la Queen’s Guard autour de cette personne sont interdits de se soustraire à leur devoir si cela se produit et marchent droit au-dessus de leur camarade tombé au combat, si nécessaire. (Bien entendu, des informations médicales seront envoyées pour s'occuper de l'individu lorsque cela sera observé.) Bien que cela ne soit pas courant, cela se produit de temps en temps. Par exemple, lors de Trooper the Colour de 2017, dans lequel les températures atteignaient environ 27 ° C, cinq membres de la Garde de la reine ont cuit leurs nombreux uniformes superposés et leurs chapeaux épais en peau d’ours.

Au-delà de l'évanouissement et de la marche, les gardes peuvent également se déplacer de différentes manières - ils sont des gardes après tout. Cependant, leur rôle ayant été largement réduit à un caractère symbolique, les forces de l'ordre locales prenant généralement en charge tous les problèmes qui surviennent autour des résidences de la reine, un de ces soldats d'élite rompant avec leur position stoïque normale est généralement simplement imputable aux touristes, plutôt qu'une menace réelle ou le besoin pour eux d'agir en tant que gardes réels.

Cela dit, les membres de la Queen’s Guard réagissent rarement ouvertement lorsque des touristes prennent des photos ou leur racontent des blagues pour les faire rire, et ils sont en fait expressément chargés d’ignorer ce genre de choses. Toutefois, si un groupe particulier de touristes est particulièrement ennuyeux, le gardien peut tout mettre en œuvre pour gâcher une photo, par exemple en se retournant et en marchant droit lorsque les touristes posent tous pour une photo avec le gardien. Dans un cas que nous avons rencontré, un garde a indiqué qu'il continuerait à marcher alors que de tels touristes sont autour, les récupérant de manière agressive passifs pour leur manque de respect - un peu comme le nazi de la soupe Seinfeld, "Aucune image pour vous!"

En parlant de marche, si vous vous mettez en travers d'un membre de la Garde de la Reine, vous risquez fort de vous retrouver en train de crier quelque chose à propos du soldat: «Place à la Garde de la Reine!». de leur chemin, vous serez renversé, comme un malheureux l’a découvert en 2015. (Bien que ce soit juste, aucun membre de la Garde n’a choisi de crier «Faites place! après ils se sont heurtés à lui, et il était clairement inconscient de leur présence avant la collision, donc n’a pas essayé de leur manquer de respect.)

Un garde a également noté que, bien qu’il soit exceptionnellement rare, un touriste racontera une plaisanterie particulièrement réussie qui pourrait lui causer un sourire, voire même un rire. Toutefois, si un soldat est pris au piège, il est payé (peu de temps). jours à une semaine en fonction de la gravité de l'infraction) et peut subir d'autres punitions, y compris, dans des cas extrêmes, être renvoyé du gardien.Ainsi, tout en essayant de faire perdre à la garde son sang-froid peut sembler amusante et amusante pour les touristes, si l’on réussit et que les supérieurs de la garde le découvrent, cette personne peut avoir tout gâché avec le gagne-pain du soldat, qui en premier lieu ne deviennent pas vraiment riches en tant que membre de la Garde. (Ils sont généralement payés entre 1 200 et 2 000 £ environ par mois, soit entre 1 500 et 2 600 $.)

En ce qui concerne les interactions sanctionnées avec des personnes, si le gardien juge une nuisance suffisante (bien que pas nécessairement une menace réelle, les gardes étant alors libres de réagir comme bon leur semble pour faire face à la situation), ils doivent suivre les instructions suivantes: :

  • Faites très attention, avec un timbre très fort, ce qui est d'autant plus surprenant que ledit soldat était auparavant immobile.
  • Crier des instructions tranchantes à l'individu étant une nuisance. C’est peut-être quelque chose comme «Un pas en arrière de la Garde de la Reine!», Les gardes étant tenus de garder leurs avertissements et leurs ultimatums brefs et précis.
  • Marche vers l'individu.
  • Pointez le fusil à baïonnette directement sur la personne qui vous gêne.
  • Si tout le reste échoue, faire tout ce qui est nécessaire pour arrêter la personne qui a provoqué la perturbation ou appuyer sur un bouton de la guérite pour alerter la police afin qu'elle vienne régler la situation.

Un moyen presque certain de susciter une telle réaction est de toucher le garde ou de faire preuve d’un comportement extrêmement irrespectueux, comme marcher avec le soldat de façon moqueuse tout en l’insultant verbalement.

Et si vous vous demandez si les fusils qui peuvent être pointés au visage dans un tel scénario ne sont pas chargés, ils ne le sont généralement pas. (Bien que l'on puisse imaginer qu'une baïonnette aiguisée est brandie par un soldat hautement entraîné, elle est suffisamment intimidée, même si vous savez que l'arme à laquelle elle est attachée n'est pas chargée.) De temps à autre, la Garde emporte des munitions avec eux, en particulier quand elle le sait. d'une menace crédible à la sécurité de la reine, de la nation ou autrement, lorsqu'un état de sécurité élevé est ordonné. Dans ces cas-là, le soldat peut charger la carabine en un clin d'œil en éjectant simplement le chargeur vide et en le remplaçant par un plein.

Et, oui, en tant que gardes réels - même si leurs fonctions aujourd’hui sont essentiellement rituelles -, les individus sont autorisés à utiliser la force meurtrière quand cela convient, notamment s’ils se sentent la vie, membres de la famille royale ou grand public à proximité. leur poste de garde est en voie de disparition.

L’ancien gardien, Ronald Tibbets, a déclaré: «Certains marchent avec nous et d’autres tirent notre peau d’ours. Certaines personnes mettent des mégots dans les crosses des fusils. Des bâtonnets d'oranges au bout de la baïonnette…

Il a également été noté qu’avoir à l’époque des pelures de banane ou d’autres articles de ce type sur la route des soldats est parfois une chose. Les gens essaient aussi parfois de détacher les lacets de la garde. Un membre de la Garde a même remarqué qu’il n’était pas rare que des gens «collent des épingles en vous» pour essayer de faire tressaillir les gardes.

Tout n’est pas mauvais, cependant, et les gardes ont noté que certaines personnes sont très respectueuses lorsqu’elles se rapprochent pour prendre des photos, etc. En outre, un garde a noté au cours d’une interview qu’il y avait un «avantage» à ce que des gardes flash soient fréquemment invoqués par des femmes, et parfois aussi à ce que des numéros de téléphone et des adresses soient glissés dans leurs poches par ces femmes qui souhaitaient sans aucun doute savoir si à l'attention pendant des heures à la fois se traduit par la chambre à coucher.

Aujourd’hui, de nombreux problèmes de la Queen’s Guard avec le grand public ont été quelque peu atténués. Pour éviter le fait que le public ne peut apparemment pas faire confiance pour agir avec respect autour des soldats, les gardes se tiennent dans de nombreux cas, mais pas toujours, derrière des clôtures ou des zones délimitées par des cordes. Bien sûr, ils doivent encore faire face au chahut, mais au moins, dans de nombreux postes, ils peuvent désormais éviter de se coincer avec des épingles.

Faits bonus:

  • Compte tenu de la nature essentiellement cérémonielle de l'affichage ces jours-ci, vous vous demandez peut-être à quoi les gardes pensent en restant debout si longtemps. Un garde a déclaré: «Parfois, je regarde seulement les gens» (après tout, c’est en partie ce qu’ils sont supposés faire: être attentif à toute menace), mais d’autres fois, «j’ai tendance à chanter des chansons dans ma tête ou à essayer se souvenir autant d'un film du début à la fin dans ma tête… je suis devenu assez bon pour ça.
  • Avant un défilé, les emblématiques chapeaux en peau d’ours de la Garde de la reine sont lavés et conditionnés pour leur donner un aspect aussi brillant et plein que possible. Les soldats sont également censés se coiffer tous les jours. Ces chapeaux en peau d’ours sont fabriqués à partir d’ours bruns canadiens et pèsent généralement environ 1 kg, bien qu’ils deviennent beaucoup plus lourds quand il pleut.
  • La pratique de la garde portant de grands chapeaux en peau d’ours remonte au début du 19e siècle, son but étant principalement d’intimider le soldat qui le portait paraissait beaucoup plus grand.
  • À certains égards, la garde de la reine est comparable aux soldats qui gardent la tombe des inconnus aux États-Unis. Les deux sont réputés pour leur discipline et leur engagement au devoir et tous deux peuvent, contrairement à l'opinion populaire, s'écarter de la routine stricte et disciplinée lorsqu'un membre du public agit de manière irrespectueuse. Pour en savoir plus sur ces soldats, vous pouvez lire notre article à leur sujet ici: Debout dans un ouragan - Veiller sur le tombeau des inconnus.
  • Bien que les soldats qui servent dans la garde de la reine soient invariablement «un membre de l'un des cinq régiments de la garde à pied de la division du ménage de l'armée britannique», en particulier les grenadiers gardes, les gardes du Coldstream, les gardes écossais, les gardes irlandaises et les Gallois. Les gardes (signifiant que la reine est protégée par des soldats des quatre pays qui composent le Royaume-Uni) peuvent, en théorie, provenir de tout régiment servant dans le Commonwealth. Pour cette raison, les fonctions de garde de la reine ont parfois été assumées par tous, des Royal Marines au Corps expéditionnaire canadien au fil des ans.

Laissez Vos Commentaires