Pourquoi "C" est la lettre de disque dur par défaut dans de nombreux ordinateurs

Pourquoi "C" est la lettre de disque dur par défaut dans de nombreux ordinateurs

Presque aussi longtemps que des disques durs ont été placés dans des ordinateurs personnels exécutant certains systèmes d'exploitation courants (notamment MS-DOS / Windows), le disque dur principal a été désigné par la lettre «C». Mais pourquoi?

L'idée de désigner différents périphériques de stockage avec des lettres simples est généralement attribuée aux systèmes d'exploitation de machine virtuelle IBM développés dans les années 1960, à commencer par leurs systèmes CP-40 et CP / CMS, puis très nettement, entre autres, copiés par le CP / M. système d'exploitation créé par la société Digital Research, Inc. Dans les premiers systèmes (CP / CMS), les lettres étaient principalement utilisées pour des unités logiques désignées, bien que plus tard (comme avec CP / M), elles étaient utilisées pour spécifier des périphériques de stockage physiques.

Tout cela nous amène à 1980, quand IBM a tenté d'utiliser le système d'exploitation CP / M relativement populaire sur son ordinateur personnel. Les discussions entre IBM et Digital Research, Inc, ont été rompues pour des raisons qui ne sont pas tout à fait claires aujourd'hui. Selon la rumeur, les ennuis auraient commencé lorsque Dorothy Kildall, l'épouse du créateur de CP / M, Gary Kildall, a refusé de signer un accord de confidentialité avec IBM au début des négociations. Elle leur aurait dit qu'elle ne signerait pas un tel document sans en avoir d'abord parlé à son mari, qui était en voyage d'affaires. C’était un geste quelque peu inhabituel, car Gary lui laissait souvent de telles négociations.

Ce refus de signer l’accord de non-divulgation, qui aurait énormément énervé les représentants d’IBM, était censé être fondé sur les conseils de Gerry Davis, avocat de Digital Research. Mais étant donné que ce genre de chose est une pratique courante dans de nombreuses négociations commerciales, le tout semble décidément étrange si l’on regarde en arrière, les personnes impliquées n’aident pas à résoudre leurs problèmes.

Ce qui s’est passé après n’est pas plus clair. Gary Kildall a affirmé plus tard, à son retour de son petit voyage d’affaires, que sa femme et lui avaient conclu un accord de négociation avec le représentant d’IBM, Jack Sams, alors qu’ils étaient à bord d’un vol pour les vacances du couple. Il a affirmé qu'IBM n'avait pas respecté cet accord. Sams a dit que rien de tout cela ne s'était passé.

Quoi qu’il en soit, ce que nous savons avec certitude, c’est qu'IBM est passé de CP / M, alors relativement populaire, à Microsoft, qui a acheté une licence pour un clone CP / M appelé 86-DOS. Ils ont ensuite adapté 86-DOS au nouveau PC d’IBM, en y apportant quelques modifications importantes, et l’ont baptisé MS-DOS, bien qu’appelé PC DOS par IBM.

Basé sur un clone CP / M, entre autres choses, MS-DOS a emprunté le schéma de lettrage d’unité de disque à CP / M, qui l’avait emprunté aux systèmes IBM précédents susmentionnés. En copiant de nombreux éléments du système CP / M, il a été ainsi possible de transférer relativement facilement des progiciels courants pouvant être exécutés sur CP / M vers MS-DOS et de les utiliser sur le nouveau PC IBM.

Tout cela nous ramène au schéma de lettrage de lecteur spécifique. Les premiers ordinateurs ne sont généralement pas équipés de périphériques de stockage de masse internes en raison de leur coût (bien que les disques durs existent depuis les années 1950). Au lieu de cela, ils utilisaient généralement une forme de lecteur de «disquette», comme ceux utilisés pour lire des disquettes 5 1/4 ″, initialement étiquetés «A» dans MS-DOS et certains autres systèmes d'exploitation. Certains systèmes ont été livrés avec deux lecteurs de disquettes de ce type nécessitant le recours à un «B». Lorsque la disquette 3.5 ″ (qui n’était pas réellement une disquette à moins que vous ne la démontiez pour obtenir ses entrailles) ne soit généralement ajoutée, l’utilisation de “A” et de “B” pour les lecteurs de disquettes était fermement ancrée.

Lorsque les lecteurs de disque dur sont devenus la norme sur la plupart des ordinateurs à la fin des années 80, les deux premières lettres étant déjà communément utilisées pour ces lecteurs de disquettes, ils ont logiquement étiqueté le troisième périphérique de stockage «C», même s'il s'agissait désormais du support de stockage principal. pour l'ordinateur, y compris généralement contenant le système d'exploitation.

Malgré le fait qu'actuellement, rares sont les systèmes qui contiennent encore des lecteurs de disquettes, mais ce schéma de désignation de lecteur est resté inchangé, «A» et «B» étant souvent toujours réservés par défaut aux lecteurs de disquette. Bien entendu, ces lettres ne sont pas figées dans les systèmes modernes et vous pouvez facilement modifier, supprimer ou ajouter des lettres de lecteur (représentant à la fois des lecteurs physiques et logiques) si vous disposez de droits d’administrateur.

Faits bonus:

  • Notamment, les systèmes UNIX (et similaires, tels que ceux basés sur Linux) n'utilisent pas de lettres de lecteur, mais plutôt une configuration hiérarchique unique. Ainsi, par exemple, la racine de la hiérarchie est simplement "/" au lieu de "C:". “/ Home” peut en réalité être son propre disque physique (ou logique) distinct monté à ce point dans la hiérarchie ou non. De même, tout lecteur physique ou logique peut être monté à peu près n'importe où dans cette hiérarchie.
  • MS-DOS n’utilisait pas toujours «C» comme valeur par défaut pour le disque dur de tous les systèmes. Par exemple, sur le PC Apricot publié en 1983, «A» et «B» étaient réservés aux disques durs et «C» et «D» aux lecteurs de disquettes.
  • Bill Gates arrive en tête de la liste des milliardaires de Forbes avec une valeur nette de 78,1 milliards de dollars en mars 2015.Son ancien partenaire criminel, Paul Allen, croupit au 51e rang avec un maigre 17,4 milliards de dollars. Steve Ballmer, qui a rejoint la société en tant qu'employé en 1980 et est devenu son actionnaire unique le plus important en 2014, se situe entre eux à la 35e place avec 20,6 milliards de dollars. Bien qu’il figure toujours au premier rang des priorités de Forbes, Bill Gates avait déjà distribué environ 28 milliards de dollars par le biais de la Fondation Gates en 2013, dont le montant total des subventions est actuellement de 32,9 milliards de dollars. Ces subventions ont notamment permis de financer l'augmentation du nombre d'immunisations pour enfants, les bourses d'études, la mise au point d'un vaccin antipaludique et l'éradication de la poliomyélite. Le fonds de dotation Gates Foundation Trust s’élève actuellement à 43,5 milliards de dollars, ce qui comprend 15 milliards de dollars de dons de Warren Buffett, lui-même numéro 3 sur la liste Forbes.

Laissez Vos Commentaires