Origine ancienne du mot 'Diarrhée' et autres termes médicaux courants

Origine ancienne du mot 'Diarrhée' et autres termes médicaux courants

Les êtres humains ont souffert d’un grand nombre des mêmes maladies et affections chroniques depuis le début de l’histoire. En fait, bon nombre des mots que nous utilisons pour décrire les maladies actuelles datent de la naissance de la civilisation classique, lorsque les médecins grecs et romains ont commencé à étudier la médecine.

Asthme

Le mot grec d'origine, Azein, destiné à haleter ou à expirer la bouche ouverte, et sa première apparition était dans Homer Illiade (environ 800 avant JC) où Hector est décrit comme: “Ho d’argaleoi echet’ asthmatique. . . . haim ’emeon"(Il était pris d'un asthme difficile, vomissant du sang.)

Terme médical officiel, cependant, l’asthme n’était pas apparu pour la première fois dans les 4th ou 5th siècle av. J.-C. dans «le corpus d'Hippocrate [où] le mot est utilisé pour signifier une respiration difficile accélérée ou un essoufflement, ce qui est sans aucun doute un symptôme clinique.»

Ce Corpus d'Hippocrate est un groupe d’écrits médicaux, souvent attribués au «père» de la médecine moderne, Hippocrate (450-380 av. J.-C.); plus vraisemblablement, cependant, les œuvres ont été écrites par une série d'auteurs différents sur plusieurs siècles, collectivement appelés les Hippocratiques.

Quoi qu’il en soit, les historiens sont incapables de déterminer si «par le terme asthme [les hippocratiques] désignait une entité clinique distincte. . . ou ils signifiaient clairement un symptôme. "

Néanmoins, la première description claire de l'asthme en tant que maladie chronique est donnée par Aretaeus, le Cappadocien, dans le 1st ou 2Dakota du Nord siècle après JC:

La lourdeur de la poitrine, la lenteur du travail accoutumé et de tout autre effort, la difficulté à respirer en courant ou sur une route escarpée, ils sont enroués et troublés de toux, de flatulences et d’évaluations extraordinaires de la région lypochondriaque. . . .

Aretaeus était un médecin qui exerçait son métier à Rome et à Alexandrie. Deux de ses écrits les plus connus, Sur le traitement des maladies aiguës et chroniques et Sur les causes et les indications des maladies aiguës et chroniques identifiez parmi les premières maladies les plus courantes, telles que la description d’une crise d’asthme:

Les joues sont rougeâtres, les yeux protubérants, comme s'ils venaient d'étrangler, un rougissement au réveil. . . ils respirent debout, comme s'ils aspiraient à aspirer tout l'air qu'ils pouvaient éventuellement respirer, et, par manque d'air, ils ouvraient aussi la bouche comme s'ils en savouraient davantage. . . toux incessante et laborieuse, expectoration petite, mince, froide, ressemblant à l'efflorescence de l'écume, le cou se gonfle avec le gonflement de la respiration. . . .

Diabète

Bien qu'ils n'utilisent pas ce terme, certains disent que les Hippocrates ont été les premiers à diagnostiquer cette maladie, qui inclut polydypsie (absorber trop de liquides en raison d'une soif excessivement pathologique), polyurie (miction anormalement excessive), polyphagie (appétit excessif) et tenez bien votre chapeau: «un goût sucré pour l’urine du patient».

D'autres ne sont pas d'accord et identifient Aretaeus comme le premier à décrire la maladie chronique. En tout état de cause, son utilisation du terme «diabète», en grec «siphon», semble avoir été enregistrée pour la première fois:

Le diabète est une affection merveilleuse. . . être une fusion de la chair et des membres dans l'urine. . . . Le parcours est courant, à savoir les reins et la vessie; pour les patients ne cessent jamais de produire de l'eau, mais le flux est incessant,. . . De plus, la vie est dégoûtante et douloureuse; soif inextinguible; consommation excessive d'alcool. . . disproportionné à la grande quantité d'urine. . Par conséquent, la maladie me semble avoir reçu le nom de diabète comme venant du mot grec [pour] siphon, car le liquide ne reste pas dans le corps.

Un autre pionnier de la médecine, Galen of Pergamon (130-210 ap. J.-C.), médecin de la cour de l'empereur romain Marcus Aurelius et père de la médecine expérimentale, a décrit le diabète comme «diarrhée urineuse (débit urinaire excessif).”

La diarrhée

Hippocrate (ou les Hippocrates) est universellement reconnu pour avoir inventé le terme diarrhée. Dérivé du mot grec diarrhée, ce terme signifie «traverser», ce terme est répandu dans le corpus d'Hippocrate, car il est le symptôme de nombreuses maladies (également identifiées pour la première fois par Hippocrate), notamment son lien avec une mauvaise manipulation des aliments, les parasites intestinaux, la jaunisse et la dysenterie et le choléra.

Dans son AphorismesHippocrate a déclaré: «Dans les cas de diarrhée confirmée, les vomissements, quand elle se manifeste spontanément, enlève la diarrhée."

Cancer

Une fois de plus, on attribue à Hippocrate l’introduction de ce terme médical. Dérivé des mots grecs carcinos (tumeur ne formant pas d’ulcère) et carcinome (tumeur formant un ulcère), les deux termes font référence au crabe, en raison de la forme de nombreux cancers.

Galen a préféré faire référence aux tumeurs cancéreuses par le mot grec oncos, ce qui signifie gonflement. Ce terme précoce a ensuite été adopté pour désigner les cancérologues, aujourd'hui appelés oncologues.

Le dernier médecin romain, Celsus (25-50 av. J.-C.), auteur de De Medicina, aurait latinisé carcinos dans cancer, pour désigner davantage de cancers malins, tout en conservant le mot carcinome décrire des lésions moins graves. Celsus a fait la chronique de ses observations, que certains croient aujourd'hui inclure la première description du cancer du sein:

Un carcinome ne crée pas le même danger à moins d'être irrité par un traitement imprudent. Cette maladie survient principalement dans les parties supérieures du corps, dans la région du visage, du nez, des oreilles, des lèvres et des seins, mais elle peut aussi apparaître lors d'une ulcération ou dans la rate.

Laissez Vos Commentaires